Danse parmi les tombes Retour à la page précédente Retour au sommaire de KaFkaïens Magazine
de Mika Waltari - Phébus
 
Ce roman historique retrace l'histoire de la Finlande, conquise par la Russie au tournant du 19ème après des siècles de domination suédoise. Cette conquête se déroula en deux temps, le premier militaire pendant lequel beaucoup de finlandais moururent en affrontant les armées russes, puis légal pendant lequel le tsar Alexandre convoqua la diète finlandaise pour déclarer un protectorat russe à la place d'une annexion pure et simple. Les finlandais se trouvèrent donc écartelés entre la détestation d'un envahisseur russe et la gratitude envers un monarque qui avait permis à la Finlande d'exister à nouveau en tant que pays.
Ce livre, écrit en 1944, après que l'URSS aie envahi et annexé la moitié de la Finlande, a donc le statut d' une protestation symbolique en même temps que de l'expression d'une " âme " finlandaise trahie par ce nouveau coup du voisin oriental. La préface détaille ce contexte et permet de mieux apprécier le roman lui-même.
Le roman est basé sur un parallèle entre la conquête militaro-légale du pays et la conquête qu'aurait fait le tsar d'une jeune fille du pays. Vaincue par les armes, la Finlande cède au charme du jeune tsar Alexandre. Résistant à son charme, la jeune Ulla va employer des armes qu'elle n'aurait pas cru posséder. Et cela est merveilleusement écrit et imaginé : les armes ne sont pas où l'on croit qu'elles vont être, la séduction et l'abandon jouent à plein au moment les plus violents. Le parallèle s'étend aux personnages secondaires, dont les péripéties se renvoient les unes aux autres ; ainsi l'amoureux transi de Ulla renvoie au général finlandais ayant accepté la reddition du pays, ainsi la diète finlandaise et sa fastueuse réunion renvoie au dîner offert par la famille de Ulla à l'empereur en visite. Et les orages passent sur la Finlande comme les défaites de son armée.
D'une rectitude historique parfaite, ce roman nous offre également une peinture d'un autre affrontement qui nous concerne plus directement : les occidentaux finlandais, adossés à leur histoire, à leur Europe ravagée par les guerres de Napoléon, se heurtent à l'orientale âme slave, dans une multitude de petites scènes où se montrent les masques de l'incompréhension mutuelle. Et cette étrangeté, maniée par un finlandais, nous rappelle les grands livres de la littérature russe, dont on est souvent bien en peine d'arriver à définir le pourquoi de la fascination qu'ils exercent sur nous, et qui pourrait bien être cette différence-là, nourrie depuis des siècles au lait de l'amour fratricide. Les finlandais contemporains sauraient sans doute nous l'expliquer.
 
PmM
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés